boycott-moncler-particule-deluxe

Fashion: les doudounes de la honte by Moncler

1

C’est le scandale du moment sur la planète mode à l’approche de l’hiver. Moncler, le fameux fabricant de doudoune hors de prix est éclaboussé par une polémique, images à l’appui. Grâce au programme Report de la télévision publique italienne -la RAI- certaines pratiques à tout le moins douteuses de la marque sont révélées au grand jour, loin d’étoffer la réputation des produits Moncler.  Ainsi, les images choc tournées dans des élevages d’oies – notamment – en Hongrie (le plus gros producteur de foie gras et de duvet), montrent les coulisses de la marque, aujourd’hui propriété de Remo Ruffini. Que montrent-elles ces images qui soulèvent l’indignation générale en Italie?  Et bien, l’on y voit des ouvrières plumer à vif le duvet des oies qui sert de garniture au trois-quart de la production des doudounes Moncler. Je vous laisse prendre connaissance de ces images et de la cruauté qu’elles révèlent, sur le lien suivant: http://www.report.rai.it/dl/Report/puntata/ContentItem-3e1844c1-87db-4948-b074-3715bb98e66a.html. Très vite les réseaux sociaux se sont emballés de l’autre côté des Alpes, avec des commentaires tels que  « Nous boycottons les duvets », « Nous boycottons Moncler », « nous n’achèterons pas vos doudounes » ou encore « Honte de torturer des animaux vivant. » Un hashtag a même été spécialement créé pour souligner cette barbarie:#siamotuttioche (nous sommes tous des oies). Une histoire qui fait tache alors que la marque lance sa nouvelle campagne de promotion. Dans le reportage réalisé par Sabrina Giannini,  les témoignages révèlent que le coût de fabrication net d’une doudounes oscille entre  30 et 40 euro pour un prix de vente de 1200 euro. De quoi plumer allègrement ces pauvres oies à vif et les acheteurs. Pour la première fois, une télévision dénonce ainsi la pratique illégale et cruelle pratiquée chez un membre de l’Union européenne. L’enquête de Sabrina Giannini démontre (s’il le fallait encore), que certains acteurs de la mode et pas des moindres, repoussent les frontières et notamment dans la petite enclave de Transnistria, une république autoproclamée fondée (en son temps) par le Soviet Suprem, indépendante de la Moldavie, où les griffes sans scrupule sont les bienvenues et les journalistes pas du tout. Alors un conseil, cet hiver achetez français avec la très belle marque de doudounes 100% made in chez nous Pyrenex et n’engraissez pas ceux qui ne plument pas que les oies!

 

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Current ye@r *